main

Favoriser la mémorisation chez les enfants

Favoriser la mémorisation chez les enfants

7 mars 2011

Estimation du temps de lecture: 4 minute(s)

Nous souhaitons tous, comme parent, nous assurer que notre enfant est stimulé intellectuellement et qu’il apprend de nouvelles choses. Mais comment l’aider à garder en mémoire ce qu’il apprend ?


Le fonctionnement de la mémoire


Il existe deux types de mémoire, la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. La mémoire à court terme est capable de stocker environ sept éléments à la fois pendant une quinzaine de secondes. La mémoire à long terme peut stocker un nombre presque illimité de connaissances, pendant un certain moment ou toute une vie.


Chaque information est stockée dans une « case » et le cerveau doit créer un ou plusieurs chemins pour s’y rendre. Plus il y a de chemins, plus l’information est accessible.


Ce qui nous intéresse, c’est de savoir comment faire passer l’information de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme et comment s’assurer qu’elle y restera très longtemps.


Garder le tout en tête


La mémoire stocke, avec l’information, le contexte. Ce qui signifie que si, au moment de l’apprentissage, le contexte était riche, la mémoire aura plus de chemins qui mèneront à l’information. Par exemple, si un enfant qui apprend à reconnaître les différentes sortes de fruits mange les fruits et les touche au moment de l’apprentissage, plus de chemins pour retrouver l’information seront créés que s’il apprend les nom de fruits sur une feuille de papier.


De plus, la mémoire fonctionne mieux lorsque l’enfant est motivé et que l’ambiance est plaisante. Pour poursuivre avec l’exemple des fruits, si l’activité est mue par le désir de l’enfant d’en apprendre plus sur les différents fruits (si, à l’épicerie, il s’intéresse par exemple à un fruit dragon et que vous décidez de faire une dégustation de plusieurs fruits tropicaux) et que de retour à la maison, la dégustation se fait dans les éclats de rire, l’information stockée sera plus abondante, plus riche et plus permanente.


L’attention disponible joue aussi pour beaucoup. Si l’enfant n’est pas disponible émotionnellement (il est troublé, fatigué, stressé…) l’apprentissage sera ardu et complexe.


dreamstimefree_1619812 La répétition augmentera aussi l’efficacité de la mémorisation. Par exemple, si après l’activité de dégustation, vous décidez d’aller visiter une serre de culture de fruits tropicaux, puis que vous visionnez des vidéos sur la culture des fruits dans différents pays et que vous empruntez à la bibliothèque plusieurs livres sur le sujet, l’enfant captera mieux les éléments redondants et les assimilera davantage.
Pour être disponible à l’apprentissage, l’enfant doit vivre de façon équilibrée. Une alimentation adéquate joue un grand rôle dans l’apprentissage. Certains minéraux (notamment le zinc) optimisent la capacité de concentration et le fonctionnement du cerveau.
Le jeu libre à l’extérieur, dans un endroit le plus vert possible, est aussi essentiel à l’apprentissage. Exutoire du stress, libérateur de créativité, le jeu libre extérieur favorise énormément la capacité à se concentrer et la mémorisation.


Le respect du style d’apprentissage de l’enfant est aussi un facteur dominant. Tous les enfants n’apprennent pas de le même façon. Les types d’intelligence prédominants, les goûts et les « bases » déjà présentes modèleront les différentes façons que l’enfant aura de capter les informations.


La meilleure façon d’apprendre est l’enseignement. Le cerveau mémorise beaucoup plus lorsque nous expliquons un concept que lorsque nous lisons ou écoutons.


Finalement, c’est en suivant l’enfant dans ses intérêts et en lui offrant un environnement riche, stimulant et respectueux que l’ont peut le plus facilement faciliter ses apprentissages. Prenez le temps d’observer votre enfant; Quels sont ses passions ? Est-ce qu’il apprend mieux en jouant, en expliquant, en écrivant ? Il détient les clés de son apprentisage.


Références :

http://lecerveau.mcgill.ca/
Perdu sans la nature, François Cardinal, Édition Québec-Amérique
L’équlibre nerveux de mon enfant, Céline Arsenault, Édition du Dauphin blanc

Caroline Mayrand
Mère de deux enfants, je possède une formation d'éducatrice à l'enfance et en administration. Entrepreneur dans l'âme, un projet n'attends pas l'autre et c'est avec plaisir que je partage avec vous le travail de plusieurs parents: Parentzie. C'est mon oasis, le coeur de mon web. On y parle de la famille comme un tout et comment elle peut se développer de façon harmonieuse dans son environnement. Au plaisir!

Commentaires

comments powered by Disqus