main

La diversification alimentaire menée par l'enfant... ou babyled weaning

La diversification alimentaire menée par l'enfant... ou babyled weaning

26 septembre 2010

Estimation du temps de lecture: 6 minute(s)

 

Quand bébé approche de six mois, une grosse cloche résonne dans nos oreilles… introduction des solides, introduction des solides, introduction des solides ! Auparavant, bébé se contentait entièrement du bon lait de Maman, mais, apparemment, à six mois, de bons parents se doivent d’offrir des aliments solides à leur enfant. Il y a même un calendrier officiel .

Ce calendrier est une source d’inquiétude intense chez bien des gens. Les forums de parents sont remplis de questionnements concernant cette fameuse introduction. Mon bébé a six mois et demi et ne veut rien manger, que dois-je faire ? Mon bébé ne veut pas manger de légumes… Mon bébé recrache tout ce que je lui donne… Mon bébé va avoir sept mois et je suis en retard pour l’introduction des solides, ça me stresse !

Non, les céréales ne sont pas un passage obligé.

Au-delà de l’ordre d’introduction des aliments, il y a également le sempiternel débat des purées commerciales et des purées maison.

Les parents s’inquiètent du bon déroulement de l’introduction des solides, mais jamais ils ne remettent en question le fonctionnement de cette fameuse introduction. Et s’il existait une solution de rechange ? Et s’il nous était permis d’écouter cette petite voix, à l’intérieur de nous, qui nous dit que peut-être que bébé n’est pas prêt à manger des solides à ce stade de sa vie ? Et si, du même souffle, cette petite voix nous rappelait aussi que les mélangeurs n’ont pas toujours existé et que les parents réussissaient tout de même à introduire les solides chez leur enfant ?

En ce temps d’abondance et de récoltes, j’aimerais vous parler de cette merveilleuse façon de présenter la nourriture solide à son enfant, que l’on peut nommer diversification alimentaire menée par l’enfant (ou babyled weaning). Le principe de cette diversification est d’être à l’écoute des besoins de l’enfant. Est-ce que le bébé démontre des signes qu’il est prêt à ingérer autre chose que son lait (se tient assis, fait preuve d’un intérêt marqué pour la nourriture et a une assez bonne motricité fine c’est-à-dire qu’il est capable de porter des objets à sa bouche avec le pouce et l’index) ?

Ensuite, on utilise le gros bon sens. Non, les céréales ne sont pas un passage obligé. Sincèrement, il me semble que si j’étais un bébé, j’aimerais bien que mon premier aliment après le lait ne soit pas une gibelotte beige, pas très goûteuse… Mais le fer, alors ? me direz-vous. Le fer présent dans les céréales (la raison principale pour laquelle on fait pression pour introduire ces céréales le plus rapidement possible à partir de six mois) a été ajouté et n’est donc pas le plus facilement assimilable. On devrait plutôt privilégier les aliments contenant naturellement du fer.

On sous-estime souvent la puissance des gencives !

Ce n’est vraiment pas la fin du monde si le bébé refuse les légumes au départ, au profit des fruits. C’est normal étant donné le goût plus sucré des fruits. Il faut se rappeler qu’un bébé allaité obtiendra tous les nutriments dont il a besoin dans le lait maternel.

diversificationalimentaire Vient ensuite l’idée selon laquelle un bébé ne serait capable d’ingérer que des aliments présentés sous forme de purée lisse. Dans ce mode d’alimentation, le parent doit nécessairement nourrir son enfant à la cuillère. De plus, le bébé reçoit cette cuillérée sans aucun pouvoir s’il n’aime pas son contenu. Il doit avaler, pas le choix. Ou recracher ce qu’il peut. Il faut essayer de se mettre à sa place. Quel est notre premier réflexe lorsque nous goûtons à un aliment pour la première fois ? Nous en plaçons un petit morceau sur le bout de notre langue et nous voyons la réaction de nos papilles. Tranquillement, nous augmentons la quantité jusqu’à nous soyons sûrs d’aimer l’aliment.

Mais comment faire, alors ? C’est simple ! On n’a qu’à présenter l’aliment en entier à l’enfant, en tenant compte du fait qu’il n’a pas ou peu de dents. Un brocoli bien cuit, une pêche mûre, un morceau de viande juteux. On sous-estime souvent la puissance des gencives ! Tous les sens du bébé seront en alerte, et non pas seulement celui du goût. Il lui sera alors plus facile de manger un aliment plus goûteux, comme le brocoli par exemple, car il ne sera pas uniquement concentré sur la saveur, comme c’est le cas lorsqu’un aliment est mis directement dans le fond de sa gorge. Il pourra observer la couleur de l’aliment et sa forme. Il pourra s’amuser avec sa texture et, s’il le désire, en porter un morceau à sa bouche. Peut-être, la première fois, sera-t-il surpris. Mais l’expérience démontre que la plupart du temps, il reportera l’aliment à sa bouche.

Au début, il se peut très bien que l’enfant joue plus qu’il ne mange. Graduellement, la quantité de nourriture ingérée augmentera, au rythme bien personnel de chacun. Surtout, pas de pression ni de stress ! Il faut aussi tenir compte de certaines particularités lorsqu’on prépare les aliments. Par exemple, les bébés d’environ six mois n’ont pas le réflexe de déposer un objet dans un endroit précis (en l’occurrence, dans leur bouche). Il faudra donc penser à préparer les aliments en faisant en sorte que l’enfant puisse les prendre dans sa main et manger la partie qui dépasse (grâce à une sorte de « poignée » intégrée). Il faudra, bien sûr, être vigilent en ce qui concerne les risques d’étouffement, mais sans jamais cesser de faire confiance à son enfant. Si on lui laisse la chance, le bébé sera très bien capable de gérer les solides qu’il a mis lui-même dans sa bouche et les recrachera au besoin. 

Ma fille n’a jamais connu les purées et les repas ont toujours été des parties de plaisir ! Je souhaiterais que tous les bébés et leurs parents connaissent cette façon d’introduire les solides, qui est beaucoup plus respectueuse des besoins et envies du bébé. Au plaisir de lire vos commentaires et questions sur le sujet !

Cynthia Roy
Simon, ingénieur, Cynthia, maman à la maison, Lily, petite fille pleine de vie de 2 ans et demie et bébé en formation, dont la naissance est prévue aux alentours du 23 octobre. Nous mordons dans la vie et essayons de grandir ensemble à chaque occasion qui nous est donnée. 

Commentaires

comments powered by Disqus