main

Bébés éprouvettes

Bébés éprouvettes

24 juillet 2010

Estimation du temps de lecture: 4 minute(s)

Dernièrement, le gouvernement québécois a annoncé en grandes pompes qu’il défraierait désormais les coûts reliés à la fécondation in vitro pour les couples infertiles. Ces derniers bénéficieront de trois à six essais, tout dépendamment des circonstances propres à leur couple.

Malgré toute la sympathie que j’éprouve à l’égard de ces couples qui ne réussissent pas à concevoir de façon naturelle, je questionne quand même le bien-fondé de cette nouvelle mesure gouvernementale.

Le gouvernement justifie la mesure en invoquant que la pratique sera désormais réglementée de façon à limiter le nombre d’embryons implantés dans l’utérus des femmes, afin de réduire le nombre de grossesses à risque aboutissant plus souvent qu’autrement à des naissances prématurées, ces bébés nécessitant de nombreux et coûteux soins.

Or, la nouvelle loi permettra tout de même d’implanter plus d’un embryon, en fonction, notamment, de l’âge des femmes (un maximum de 3 embryons pour les femmes de 37 ans et plus). Mais lorsqu’un couple en vient à choisir la procréation assistée, c’est qu’il a épuisé toutes les autres ressources au fil des années, et je pose donc l’hypothèse que les femmes de 37 ans et plus seront loin d’être l’exception !

Par ailleurs, rien n’empêchait le gouvernement de réglementer la pratique de la fécondation in vitro, sans la rendre gratuite. Pourquoi ne pas en avoir fait un débat public ? C’est sûr que l’image de Julie Snyder qui pleure dans une conférence de presse, ça fesse, mais quand même…Cette décision est clairement une décision politique qui vient remplir une promesse faite durant la campagne électorale… De toute évidence, le gouvernement libéral n’avait peut-être pas étudié tous les détails de l’affaire, mais comme on dit, en politique, les promesses tenues font toujours gagner des points…

D’ailleurs, il est à noter que même les gynécologues et obstétriciens du Québec s’opposent à la mesure. Il y a de quoi se poser de sérieuses questions. Quand je regarde autour de moi, je peux facilement identifier deux ou trois femmes qui ont eu toutes les misères du monde à se trouver un médecin ou une sage-femme pour suivre leur grossesse. Les maternités débordent, et les maisons des naissances, on n’en parlera même pas ! Le gouvernement avait d’ailleurs promis 13 nouvelles maisons des naissances au Québec, pour un investissement total de 13 millions de dollars. Combien d’argent a été versé pour la création de ces nouvelles maisons des naissances, qui devient carrément urgente ? Zéro, niet, nada ! Quand le système peine à soutenir les femmes déjà enceintes, il semble plutôt étrange d’investir pour en avoir encore plus ! Mais bon, il faut croire que de rendre la procréation assistée gratuite donne une meilleure image au gouvernement que la construction de ces nouvelles maisons des naissances.

Et que dire du Dr Julien, pédiatre social, venant en aide aux enfants défavorisés? Le gouvernement lui avait promis un million de dollars et malheureusement, aucune trace de cet argent…Évaporé dans les 65 à 80 millions alloués pour la procréation assistée, peut-être ? Bon, cette semaine, le bureau du ministre a téléphoné au Dr Julien pour lui dire qu’une certaine somme serait débloquée. À ce jour, il a reçu 100 000 $ sur le million promis…

Je tiens à réitérer que mon opposition à ce financement n’a rien à voir avec la souffrance des couples infertiles. Je leur envoie toute ma sympathie et leur souhaite tout le courage possible pour traverser cette difficile épreuve. Cependant, dans les circonstances actuelles, je trouve extrêmement douteux et questionnable ce choix du gouvernement d’aller de l’avant avec le financement du processus de procréation assistée.

 

Je tiens à remercier Mme Nicole Pino, qui m’a été d’une aide précieuse dans la mise en place de mes idées concernant cet épineux sujet.

Cynthia Roy
Simon, ingénieur, Cynthia, maman à la maison, Lily, petite fille pleine de vie de 2 ans et demie et bébé en formation, dont la naissance est prévue aux alentours du 23 octobre. Nous mordons dans la vie et essayons de grandir ensemble à chaque occasion qui nous est donnée. 

Commentaires

comments powered by Disqus